L’étiquetage

J’ai revu complètement les étiquettes de mes bières pour une touche plus personnelle et y faire figurer les informations qui me semblent importantes.

Les premières étiquettes

Au début, je n’avais pas une grande inspiration pour l’étiquetage de mes bières. J’ai donc recherché sur internet. J’ai trouvé plusieurs sites. Le site https://www.beerlabelizer.com a retenu mon attention. Ce dernier propose plusieurs modèles d’étiquettes et de nouvelles font leur apparition fréquemment.

J’ai fait le choix d’étiquette au format rectangulaire. Cela est plus simple pour le découpage. La personnalisation des étiquettes est possible mais je voulais quelque chose de plus personnel et y rajouter les informations qui me semblent essentielles (ingrédients, date de brassage, …)

Étiquettes de ma première bière

Premières étiquette maison

J’ai pris mon courage à deux mains et avec l’aide de gimp j’ai réalisé une étiquette déclinable où je peux y faire figurer de nombreuses informations.

J’ai utilisé ce format pour trois bières différentes. Mais je n’étais pas convaincu de la qualité de ces dernières. Je les trouve un peu trop passe-partout, elles manquent de personnalités.

Qu’est-ce qui flotte ?

Ma famille est issue d’un ligné de nobles. Comme toutes familles avec un titre, il y a un blason.

Blason de la famille de Flotte

Cela a fait tilt dans ma tête : il faut reprendre non pas le blason (car cela n’est pas graphiquement ce que je cherche), mais l’idée du jeu de mots évident avec mon nom de famille : le bateau.

Une idée d’étiquette m’est venue. J’ai donc à nouveau pris entre mes mains mon Gimp adoré et j’ai fait une nouvelle étiquette.

Brouillon de la nouvelle étiquette

De l’idée à la réalisation

Ce premier test me plait. Lors de mes tests d’impressions j’ai été dessus, très dessus. Sur ordinateur les écritures sont bien visibles. Mais sur papier cela n’est pas du tout la même histoire. J’ai donc rectifié le tir. Et à force d’essai (dimensions, couleurs, graisse des caractères, …) je suis arrivé à l’étiquette de mes rêves (j’exagère un tout petit peu). Le format sera donc de 80mm par 180mm avec une marge de quelques millimètres pour les erreurs de coupe.

L’étiquette finale

Les outils

L’édition

Pour faire une bonne étiquette il faut en plus de bonnes idées, un éditeur d’image tel qu’inkScape ou GIMP. Il faudra faire des tests pour savoir quelles sont les dimensions idéales. De mon côté j’ai choisi 80×180 car cela s’adapte bien aux bouteilles de 33cl (tour presque complet) aux bouteilles de 75cl/1L. Par contre sur les fûts de 5 litres, je vais revoir ma copie (c’est trop large est cela fait sale).

L’impression

Pour l’impression, j’utilise une imprimante laser. Elle offre l’avantage d’une impression de qualité avec des cartouches importantes. Ce dernier point est important : les étiquettes avec un fond colorée consomment beaucoup d’encre.

Côté logiciel, j’imprime mes étiquettes avec gLabels. Ce dernier est un outil GNU/Linux. Je ne pense pas qu’il soit porté sur les environnements Windows.

La découpe

Pour découper les étiquettes, les ciseaux font très bien l’affaire. Il faut être minutieux et patient. Comme je n’ai pas la première qualité et que la seconde n’est pas non plus mon fort, j’ai opté pour le massicot. J’ai acheté l’Olympia G 3310 à moins de 40 € sur Amazon. J’en suis plutôt satisfait. Le massicot a l’avantage de faire des découpes droites et permet d’avoir des étiquettes de taille identique.

Le collage

Dans mon cas je trempe les étiquettes dans le lait et je les positionne sur les bouteilles. Ce procédé ne fonctionne qu’avec une impression laser et sur du verre. Il est l’avantage d’être économique, écologique (sauf pour le laser), et facile à retirer à l’eau. Les étiquettes tiennent très bien même dans un réfrigérateur.

Vous n’avez pas d’imprimante laser ou vous souhaitez coller les étiquettes sur un fût ? Aucun souci, on peut utiliser toutes colles. Et la colle type cléopatre, UHU ou autre fonctionnent très bien même sur les fût. De plus les étiquettes seront faciles à retirer par trempage.

Je crois que je n’ai rien à rajouter sur le sujet. Je reviens très vite avec un article dédié aux étiquettes pour les fûts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *